BOFURI – J’ai pas souffert, mais je me suis ennuyé…

BOFURI est un divertissement mignon comme tout, avec du spectacle et de bonnes idées, mais, MAIS, un étrange sentiment d’ennui s’installe petit à petit…

On continue de faire un retour sur les animés de la saison hivernale 2020, avec un assez gros client ! Une comédie d’action et de fantasy qui a fait parler (en bien) d’elle, par son concept et son titre français, qui a réussi à assez intelligemment reprendre un meme français qui date maintenant : BOFURI : Je Suis Pas Venue Ici Pour Souffrir, Alors J’ai Tout Mis En Défense ! (je n’écrirai ce titre qu’une seule fois, après ce sera juste BOFURI, mince).

Je suis toujours assez craintif avec les oeuvres à concept, ces bonnes idées sur le papier qui ne fonctionnent pas pleinement arrivé sur l’écran. BOFURI est dans cette catégorie-là, et son concept amusant marche bien… mais il s’épuise d’épisode en épisode. Et c’est dommage, vu que le spectacle est bien au rendez-vous !

BOFURI raconte l’arrivée de Maple, une lycéenne invitée par son amie Sally a tester le nouveau VRMMO du nom de New World Online. Mais ne voulant pas souffrir, elle crée son personnage avec un maximum de statistiques en défense. C’est avec ce personnage désavantagé sur le papier que Maple va inventer une « nouvelle » façon de jouer, qui va surprendre et briser les règles de ce nouveau monde.

Durant les 2-3 premiers épisodes, le cycle de Maple qui prend des coups puis voit sa défense augmenter, récupérer un pouvoir abusé (elle reçoit toujours des skills aberrants, qui détonne du cadre du jeu même) et ainsi devenir quasi-invincible. C’est relativement drôle (comme toute la série, ce n’est pas extrêmement marrant même dans son absurdité), mais surtout, ça attise la curiosité. MAIS, l’érosion de cette curiosité se fait sentir au fil des minutes, comme de la rouille…

Au bout d’un moment, ce n’est plus très amusant de suivre la puissance de Maple face a des boss et adversaires vraiment faibles (ah oui, car dans ce jeu, 99,99 % des joueurs ne semblent avoir développé aucun skill et sont tous restés au niveau 5 maximum, c’est l’impression que ça donne en tout cas). Tout est joué d’avance, c’est marrant un petit moment mais redondant a la longue. Un One-Punch Man (qui est aussi une oeuvre à concept) aurait pu souffrir du même problème, par exemple, mais il l’esquive par ses messages, simples mais efficaces, son humour pince-sans-rire et des personnages secondaires solides. Et sur ce point, c’est le coup dur pour BOFURI

Excepté Maple, qui est au centre de l’attention et reste le seul ressort humoristique et surprenant (dans une COMÉDIE, quand même), le reste des personnages est d’une fadeur, c’est dur de se rappeler d’un fait marquant de l’un d’entre eux. Des gentils plots (a part Sally, qui est forte et a un rôle de stratège) qui constate la puissance de Maple et affronte un joueur random, tel les légendaires combats interminables entre les zetsu blanc et les ninjas dans Naruto Shippuden.

Cet ennui et ce manque de fond, franchement, je trouve ça dommage. Parce que, par contre, BOFURI a de la gueule visuellement ! Je ne m’attendais pas à grand-chose, et c’est celui qui m’a le plus marqué. Sans être du Trigger, Madhouse ou Kyoto Animation, le travail fourni par les animateurs du studio Silver Link est plus que réussi !

Aucune originalité, mais un univers coloré et mignon comme tout qui arrive parfaitement à installer cette ambiance agréable et légère (avec ce son de bossa nova qui revient presque à chaque épisode, et que j’ai beaucoup apprécié), des combats contre les boss très dynamiques, spectaculaire et pas du tout bordélique à l’écran. Malgré les nombreuses attaques et skills magiques, l’action reste très lisible. Et la quasi-absence de CGI est un plus qui reste à applaudir aussi.

BOFURI, c’est un très joli écrin pour un fond qui ne se renouvelle pas assez, et qui devient juste barbant au bout d’un moment. Du pur spectacle pour les yeux, mais j’espère que la saison 2 (déjà annoncé) va apporter plus d’énergie au fond et des nouveaux personnages plus excitants.

Ma note totalement subjective : 5,5/10 !

L’intégrale de BOFURI est a découvrir sur Wakanim.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s